AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le syndrome des lessiveuses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Le syndrome des lessiveuses.   Dim Juin 13 2010, 21:30

Le syndrome des lessiveuses.


Bonjour à tous,

Dimanche 6, il est à peine 7 heures, je suis réveillé depuis déjà pas mal de temps à tourner dans les draps.
La raison ? Les prémices d'une session d'une semaine qui se profile à l'horizon.
Je ne remercierai jamais assez ma douce pour sa compréhension, me laissant m'envoler 24 heures plus tôt que prévu vers cette addiction qui me suit maintenant depuis plus de 10 ans.
Le plein fait, j'avale les kilomètres qui me séparent de ma destination, quelques 5 heures de route plus loin au sud. Les mange-points sont de sortie, la météo clémente.

Je pars en direction d'un bief sur lequel j'ai une petite revanche à prendre et dont j'ai récupéré quelques infos récemment.
Le but, pêcher deux nuits tranquille dans l'optique d'espérer toucher un poisson (pourquoi pas une belle grosse brème, soyons fous... ) en attendant l'arrivée de mon pote Laurent. Nous ferons la troisième nuit sur ce bief avant de bouger vers d'autres eaux si possible.

Arrivé sur place, je constate que le niveau est convenable.
Armé de ma série bleue et des documents glanés ça et là, j'entame le tour du bief afin d'essayer de localiser des zones intéressantes, voire des poissons en maraude. Il est midi, il y a peu de vent et le temps ensoleillé devrait me permettre de me faire une idée du coin.
Après quelques minutes de marche, j'aborde l'embouchure d'un cours d'eau intermittent que j'avais repéré sur ma carte. Là, c'est le choc.



Le ruisseau est à sec, mais ce qui semble être le dépôt d'alluvions accumulé au fil des ans est retourné. Une quinzaine de grouinages d'un bon mètre carré chacun sont là, dans très peu d'eau et en aval d'une belle zone herbeuse.
Les coupables ne sont pas loin, elles se dorent la pilule au soleil entre deux eaux quelques dizaines de mètres plus en amont.
Des poissons moyens pour la quasi totalité, la plus grosse devant tourner autour de la douzaine.

Je continue ma promenade afin de voir si je trouve d'autres zones intéressantes.
Quelques heures plus tard le constat est simple : il n'y a que là que j'aie vraiment vu des traces d'activité et les poissons sont toujours entre deux eaux...
C'est décidé, j'attaque ma session sur ce secteur.

Je m'installe en aval afin d'éviter les nuisances sonores.
Une fois le pneu à l'eau, je repère un peu mieux la zone, en éparpillant sur des deux berges des bouillettes et des tiger, sur une bonne centaine de mètres à chaque fois, afin de les poissons s'alimentent et cherchent les appâts un peu partout.
Le secteur est peu profond, un grand plateau herbeux tapissé de coquilles de corbicules s'étend sur plus de la moitié de la rivière, avant de plonger un peu plus profond.

Je tends une canne en amont, au coeur des herbiers, deux en face au tangon tandis que la quatrième sera déposée plus en aval sans amorçage.
Les bouchées sont conséquentes, afin de tenter de dissuader les indésirables qui pullulent dans le coin.


Une fois le tout en action, j'entame l'installation de mon campement.
Depuis l'amorçage, les poissons ont disparu. Le temps a commencé à devenir nuageux.


Ça pêche...

Il est 21 heures, je glande tranquillement avant d'entamer mon repas quand la canne en amont se cintre. En quelques bips, je suis dessus.
Le temps d'embarquer, le poisson me prend du fil malgré le frein serré. Elles ont vraiment la patate !

Je remonte vers le poisson qui s'est calé dans les herbes. Il se dégage facilement et passe en surface près du pneu.
"Une petite commune de 6 - 8" me dis-je alors.
Mais la petite commune décide alors de descendre vers l'aval et, tout en me prenant du fil, entraine le bateau sereinement sur quelques dizaines de mètres...
Elle claque en surface, je modifie mon estimation "elle doit faire la douzaine"...
Elle entre dans le filet du premier coup et, au moment de la hisser, je réalise qu'en fait, elle n'est pas si petite que ça.
Une fois sur le tapis c'en devient même une évidence : soit j'ai sous estimé le poids des poissons vus en surface, soit j'ai vraiment une veine de pendu.


Je tare le peson, et pèse le poisson en maintenant le peson avec le V du manche d'épuisette.
Visiblement, mon record de commune vient d'en prendre un coup, je frôle une barre symbolique de peu mais je m'en fiche complètement.
Je suis heureux comme un gosse le matin de Noël.
Je prends les photos en solo avant de relâcher la guerrière, non sans lui demander de vanter les mérites du confort de mon tapis de réception à ses copines...


Quelques sms filent sur les ondes, j'en oublie de dîner et me couche avec un sourire jusqu'aux oreilles.
Je ne toucherai rien de la nuit mais entendrai un festival de sauts, dont un particulièrement lourd qui me réveillera en sursaut tant il était proche !

Le lendemain, le temps tourne à la canicule. J'ai la visite d'un confrère ; il vient de se manger trois nuits capot plus en aval.
On se taille le bout de gras pendant quelques heures autour d'une petite bière, on s'échange quelques infos sur des biefs. Bon esprit, bonne ambiance, un mec bien cool quoi.
Jean-François si un jour tu lis ces lignes, il faudra qu'on se revoie sur ces berges.

Le reste de la journée est consacrée à un peu de repérage, je replace mes lignes soigneusement en fin d'après midi.
Laurent doit arriver le lendemain dans l'après midi
Seul détail gênant, sur la berge opposée, blindée d'écrevisses, les billes de 30 ont du mal à faire la nuit...


Une fois les lignes tendues, j'entame enfin un vrai repas digne de ce nom.
Le soleil fait progressivement place aux ombres et aux bruits de la nuit, rythmés par les cloches d'une église au loin.


Je m'endors, il fait frais, je suis à des lieues de tout souci, serein, je fais le vide.

Il est 4 heures, je suis réveillé par un flash.
Un orage approche au loin.
Connaissant l'ampleur de ces phénomènes dans le coin, je me lève pour installer en hâte ma surtoile sur mon abri.

Mais d'un coup, "Ploc !" C'est quoi ce bruit de plastique ?
Je jette un coup d'œil sur mes cannes au tangon, rien n'a bougé...

Pas réveillé pour un sesterce, je commence à installer ma surtoile, tout en pensant à ce bruit de plastique...
Puis je me décide - enfin un peu plus réveillé - à jeter un coup d'œil sur ma canne en amont.

Je la vois, toujours là mais elle n'est plus sur le détecteur, ne tenant que par le support arrière...
N'y croyant pas, mais alors pas du tout, je ferre, et commence à ramener ce qui me fait penser à un tas d'herbe...

Le truc, c'est qu'au niveau de la berge, le sac d'herbe met un coup de tête, j'imagine déjà la brémasse pendue au bout de l'hameçon...

J'allume ma frontale et là, la commune pendue au bout est aussi surprise que moi, me gratifiant d'un bon rush.
Le combat ne s'éternise pas pour autant, j'avais le frein serré à bloc (pas réveillé je vous dis...) et épuise de force le poisson.
Un flanc écaillé remplit mon filet, pas de chat noir à l'horizon, qu'est-ce qu'il me prépare ce cochon ?


Une jolie commune git sur mon tapis, elle finit au sac pour quelques heures en attendant le lever du jour.


Une fois les au revoir effectués par une petite dans en bordure avec la belle, je lui rends sa liberté et elle replonge vers les profondeurs.

Une journée se passe tranquillement, Laurent arrive, une nouvelle rencontre du virtuel vers le réel.
Le courant passe bien, les 5 prochaines nuits promettent d'êtres sympas.
On prend le pneu pour repérer un peu une zone qui pourrait l'accueillir pour la nuit.


Une fois qu'il a trouvé son bonheur, il tend ses cannes, et nous rejoignons tous deux nos bed respectifs sous une pluie qui s'accentue au fil des heures.
La nuit est très pluvieuse, je ne touche rien sauf un barbeau. Le lendemain, Laurent a fait sa guerrière et explosé son record commune.

Il flotte, nous souhaitons changer de secteur. À la première accalmie, nous chargeons les voitures. Nous faisons une pause dans un village pour prendre un café et casser la croûte tout en choisissant le prochain bief qui nous accueillera.

On en choisit un bien long, dont j'ai eu quelques échos plus que prometteurs.
Nous nous y rendons et le longeons sur plusieurs kilomètres. Il est très sauvage, les spots se succèdent au fil des mètres.
Nous choisissons de mettre à l'eau un bateau pour remonter la rivière et choisir deux postes à pré amorcer et un autre que nous pêcherons la première nuit.

Nous trouvons notre bonheur, ils sont espacés de plusieurs centaines de mètres et nous permettent de pêcher les zones à deux, ce qui rendra ma fin de session et le début de son périple plus agréables.


La rivière commence à se teinter des pluies précédentes. Le courant augmente et en soirée, nous constatons que l'eau est passée de verte à café au lait...
Les tangons nous seront d'une grande utilité.
Nous amorçons les zones, la pluie s'invite à cette première nuit sur le poste.
La nuit sera stérile, le courant augmente encore.
Nous amorçons la zone avant de lever le camp, direction un poste amorcé qui nous parait le plus adapté pour pouvoir pêcher. L'autre est trop exposé au courant pour qu'il soit pêchable proprement.

Ce poste est situé dans un virage, avec un plateau sans trop de courant en bordure.
La bordure opposée est pleine d'obstacles et branches tombantes avec de belles trouées dans des amortis pour tendre des montages.
Un énorme orage nous tombe alors dessus.
Nous avons juste eu le temps de monter les abris que nous nous faisons littéralement rincer pendant plusieurs heures sous les éclairs et le grondement du tonnerre.


Nous pouvons enfin tendre nos lignes sous des trombes d'eau, mais le gros d l'orage s'éloigne.
La rivière commence à charrier des brindilles assez imposantes. Les lignes sont en sécurité, les bannières au dessus de l'eau.


Dans la nuit, une curieuse se saisit de mon montage sur la berge opposée. Un bon combat s'en suit mais elle traverse le courant sans encombres.
Laurent épuise alors une jolie commune, qui nous fait plaisir ; le coup n'a pas été amorcé pour rien.

Au lever du jour, Laurent ferre à son tour une petite commune en bordure, qui repartira à l'eau immédiatement.
C'est sous le soleil que nous ferons la séance photo de la sauvageonne.


Nous reprenons un gros orage dans les gencives dans l'après midi, qui détremper encore le campement.

Il se calme dans la soirée, nous permettant enfin de quitter les abris pour prendre un peu l'air.


Nous ne toucherons rien de la nuit et c'est le lendemain vers 8 heures qu'un de mes tangons lâche. Je ferre et me fais proprement exploser ma tête de ligne en 70 centièmes. Le fil est éraillé sur plusieurs mètres, ça a tu frotter, la casse a eu lieu quelques centimètres au dessus du bas de ligne.

Nous quittons le poste dans la journée pour aller sortir les voitures du chemin sur lequel elles sont garées. Les pluies des jours précédents nous inquiétaient un peu sur les risques d'embourbage.
Après avoir poussé un peu, nous arrivons à mettre les deux véhicules en lieu sûr.

Nous tendons nos cannes sur un amorti pour ce qui sera la dernière nuit pour moi.
Je toucherai ENFIN ma brème , tandis que Laurent décrochera un poisson sous la canne.

Je partirai au petit matin, le laissant seul pour 5 nuits sur le bief. Le soleil est au beau fixe, l'eau est moins marron, la crue est terminée.
Mais les prochains jours laissent présager de nouvelles montées des eaux.

La route du retour sera longue mais j'ai eu le plaisir de rencontrer un passionné avec qui j'ai partagé des moments de joies, de galère et de rigolade.
Nous nous sommes posé la question de savoir ce qu'aurait été la session si cette crue n'était pas venue jouer les trouble fête. Nous n'aurons jamais la réponse.

Je remercie encore ma chère et tendre de me permettre de vivre ma passion et m'évader dans cet univers si longtemps.
Merci à Laurent d'avoir réussi à me supporter toute cette session... vivement la prochaine !

@ plus !

_______
chut


Dernière édition par fouks le Mar Juin 22 2010, 11:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
carpa
BTcien


Localisation : su..d

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Dim Juin 13 2010, 22:17

Bah voila!!
Une bonne petite session! superbe cette rivière,les secteurs sont terribles et les fishs magnifiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dual Taper
BTcien


Localisation : Euskadi

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 15:28

Voilà de quoi faire fermer le clacmer.. de certain

Sincères félicitations amigo car je sais à quel point tu l'a désiré celle-là
Et comme de plus elle ne vient pas d'une marre à pisse ...

Merci pour ce superbe récit et encore félicitations pour ta tenacité face aux éléments

ps I: T'a même pas chopé une brême
ps II: A quoi bon alors se faire rincer la couenne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 16:27

T'as pas lu la fin ?

Je l'ai touchée la dernière nuit la baveuse...

_______
chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dual Taper
BTcien


Localisation : Euskadi

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 16:54

fouks a écrit:
T'as pas lu la fin ?

Je l'ai touchée la dernière nuit la baveuse...

Tu sais bien que rien ne remplace la photo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 16:59

De toutes façons après le bloc de 5 kilos pris par un membre d'accro pêche, je ne peux plus décemment rivaliser

_______
chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dual Taper
BTcien


Localisation : Euskadi

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 17:00

fouks a écrit:
De toutes façons après le bloc de 5 kilos pris par un membre d'accro pêche, je ne peux plus décemment rivaliser

Rhouuuuuu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christophe BT
BTcien


Localisation : Nord 38

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 17:50

Super Bruno a encore frappé !

_______
Homo bibinophilus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://photosbytof.free.fr
dave81
BTcien


Localisation : Rabastens dans le huit un

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 19:01

Bravo Bruno, toujours au top tes récits, merci à toi et à ta compagne pour la qualité de votre "travail" sur le Forum

On dirait que tout le monde sort du lourd (ou beau) poisson pour l'IS!


Sinon question technique, comment ça marche les tangons?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 20:07

Citation :
Sinon question technique, comment ça marche les tangons?

Tiré d'un post que j'avais écrit sur Alliance :

"Une petite méthode que j'ai bricolé afin de pêcher en rivière lorsqu'il est indispensable d'accrocher ses lignes dans les arbres.Ce sont des choses qui peuvent arriver...

Vu que je suis un peu psychorigide dans certains domaines, notamment tout ce qui peut pincer mon fil ou qui nécessite de faire un noeud dessus. Quand il s'agit de suspendre ses lignes au bord de l'eau ça le fait pas...


J'ai donc cherché un procédé permettant de jouer à SpiderMan, sans pour autant utiliser une pince à linge (ça glisse un peu parfois) ou un noeud (ça peut affaiblir le nylon et si ça bloque c'est pas glop) ou encore un cassant dans les arbres (les vestiges de nylon dans les branches très peu pour moi...).

Le principe est en fait tout simple :

- un tube PVC de 10mm de diamètre
- une vieille chambre à air de vélo de course
- un bout de ficelle

On fait un trou à une extrémité du tube pour faire passer la ficelle : c'est elle qui permettra d'accrocher le montage dans les arbres.

On coupe deux ou trois morceau de chambre à air (1 cm d'épaisseur) qu'on fait passer sur le tube.

C'est prêt à être utilisé :

On accroche l'ustensile à une branche, on dépose le montage et on fait passer une boucle sous la chambre à air.




L'avantage : aucun pincement ni angle sur le fil et la possibilité de tendre vraiment loin à condition de lever les cannes assez haut tout de même.
Si on souhaite tendre loin, il n'y a qu'à faire passer le fil dans deux ou trois morceaux de chambre à air.

Lors d'un départ, le fil se libère sans soucis, même s'il s'agit d'un poisson blanc.


Bon ok, on n'a pas tous les jours besoin de pêcher comme ça mais parfois ça dépanne, à condition de ne pas le faire au détriment des autres pêcheurs
"

_______
chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dave81
BTcien


Localisation : Rabastens dans le huit un

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 20:29

Merci, très instructif!

Dans la même série, comment tu réalises un bon montage "au cassant" avec un gros caillou par ex?

p..... on parle technique sur la BT ça craint Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 20:42

Citation :
comment tu réalises un bon montage "au cassant" avec un gros caillou par ex?

Un gros caillou attaché à l'agrafe par un élastique, ou du 24 centièmes si vraiment trop de courant.

Dépose obligatoire, sinon les cannes aiment moyen avec un pavé de 500g

Gros intérêt du tangon aussi, tu vas sur ton spot avec ton amorçage quand c'est tendu et, avec de l'entrainement, tu changes ton esche directement sur place et tu réamorces sans avoir besoin de tout retendre

Si c'est un cassant au tangon, il faut bien nouer l'élastique et tu peux remonter ton caillou, voire le repositionner en le laissant couler doucement.

Très souvent, une fois piqué, le poisson a tendance à aller au milieu d ela rivière, car il fuit la berge d'où vient la tension du fil, donc celle où est le tangon...
Ça marche dans 80% des cas (sinon c'est a déboîte comme sur le quatrième départ la semaine dernière ) sauf sur les plus malines que les autres...

_______
chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kevin bache
BTcien


Localisation : à coté de chez mes voisins

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 20:48

eh bé pour un récit ...là tu as fait fort Bruno! bravo pour tout ça et aussi pour ta magnifique commune félicitations!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
carpa
BTcien


Localisation : su..d

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 20:59

Ouai,bonne idée ton "tangon" bruno..
Pour apporter ma pierre à l'édifice,disons que je me prends moins la tète,j'aime rester simple car fixer un cassant avec un courant soutenue n'est pas une chose très aisée souvent...sinon fait pas de cassant,on est d'accord;le courant fort étant la majeur partie des cas le responsable de cet usage.
La plupart du temps quand le poste le permet(et c'est pas rare) j'enroule le fil(tète de ligne) sur une branche sèche assez solide pour résister à la tension depuis le bord mais en meme temps assez fragile pour casser lors d'un départ de poisson.
Pas de soucy écolo comme ça,car une branche sèche bah c'est pas grave on s'en fout meme;et rapide a mettre en place.4-5 tours suffisent.

Quand il n'y a pas de branche adéquate au dessus du poste(trop grosse ou verte),car ça arrive aussi ;bah mon système ressemble à celui de bruno,mais en plus simple ;je pars au préalable en bateau "préparer le terrain",je choisis une branche assez épaisse ou j'y enroule un gros élastique assez large et de manière assez serré,où j'y coince un petit bout de bois banal de manière à ce que quand j'arrive poser le montage je galère pas à chercher à glisser le fil sous l'élastique(car le bout de bois créant un espace pour y glisser le fil);une fois passé dedans je vire le bout de bois et ça pèche niquel.Ya plus qu'à repartir pick up ouvert sur le poste...et ça ne nécessite pas de bordel "spécial cassant" à transporter en plus au bord de l'eau..on trouve tout sur place,à part les élastoc bien sur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dave81
BTcien


Localisation : Rabastens dans le huit un

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 21:10

Merci pour ces explications oh grands gourous de la pêche en rivière

En général quelle longueur vous utilisez pour le bout de nylon?

Et pour attacher le cassant à la caillasse vous faites comment, certains utilisent un gros elastique mais c'est moyen je trouve de laisser un bout de caoutchouc à chaque fois au fond de l'eau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
carpa
BTcien


Localisation : su..d

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 21:24

Quand j'utilise une pierre comme lest, j'utilise pour la fixer des élastiques,mais je les attache de manière à jamais les perdre,c'est la pierre elle meme qui doit glisser hors de l'élastique,celui ci doit rester solidement attaché à l'agraffe...
En fait il faut faire un espèce de "noeud en croix" pas trop tendu de manière à ce que lorsque la pierre prend une boite lors d'un run elle se détache toute seule...
Et ça marche dans 95% des cas,au pire on perd l'élastoc..
..mais bon,5% de risque,quoi!...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fisher24
BTcien


Localisation : Mussidan (24)

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 21:43

Un des meilleurs récits que j'ai lu jusque là.

Félicitation pour ce très beau récit et pout votre belle session.

Une commune de près de 20 kg en rivière, ça doit être du sport !!

Lolo.

P.S. Je dois être un peu bête mais ne n'ai toujours pas compris le principe du tangon (première fois que "j'entendais" ce nom).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mission-peche.forumpro.fr
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 22:40

Pas con ton système Romain, mais en bon psychorigide que je suis, ça fait trop de tours autour d'une branche, susceptibles d'abîmer du nylon pour moi .

Pour Dave, je passe directement l'élastique dans l'agrafe, comme s'il s'agissait d'un plomb.

Lolo, le principe du tangon permet de pêcher en rivière par exemple, la berge opposée en suspendant ta bannière hors de l'eau en l'attachant sur la berge opposée dans les arbres.
Tu annihiles ainsi les effets du courant et évite les débris susceptibles de décaler ta ligne et la rendre impêchable.
Le départ ressemble à une touche à revenir de compèt, suivie par un bon gros départ des familles

Seule contrainte, bateau indispensable pour la dépose et la mise en place du système...

_______
chut


Dernière édition par fouks le Mar Juin 15 2010, 09:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dave81
BTcien


Localisation : Rabastens dans le huit un

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Lun Juin 14 2010, 23:46

Et être seul à naviguer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
@Xxsniper@
BTcien


Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Mar Juin 15 2010, 08:28

Très jolis poissons et un paysage enchanteur le tous avec de belle photos on s'y croirait presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fisher24
BTcien


Localisation : Mussidan (24)

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Mar Juin 15 2010, 09:46

fouks a écrit:
Lolo, le principe du tangon permet de pêcher en rivière par exemple, la berge opposée en suspendant ta bannière hors de l'eau en l'attachant sur la berge opposée dans les arbres.
Tu annihiles ainsi les effets du courant et évite les débris susceptibles de décaler ta ligne et la rendre impêchable.
Le départ ressemble à une touche à revenir de compèt, suivie par un bon gros départ des familles

Seule contrainte, bateau indispensable pour la dépose et la mise en place du système...
J'ai compris le principe du tangon mais pas vraiment comment tu fixes ta ligne sur ton système.

Ce système parrait intéressant mais encore faut-il qu'il y ait des branches qui surplombent le spot ... et encore faut-il aussi être le seul à naviguer comme le précise dave81.

Lolo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mission-peche.forumpro.fr
fouks
BTcien


Localisation : Souvent au cul des cannes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Mar Juin 15 2010, 09:52

Pour fixer ton fil, tu fais passer une boucle entre le caoutchouc et le tube pvc.

Le caoutchouc serre le fil contre le tube, et l'empêche de glisser si il y a trop de vent.

Quand il n'y a pas de branche, en plantant profondément un mât tempête déplié sur la berge ou sur un plateau peu profond, ça passe aussi. Tu as juste à accrocher le tangon au mât tempête...
J'ai testé par grand vent en plein milieu d'une rivière, et c'est fonctionnel.

Quand la rivière est naviguée, tu tends le soir et tu relèves tôt le matin.

Il est sûr que ce procédé n'est pas à positionner sur la Seine, ou la Saône car les bateaux passent jour et nuit, et la rivière est trop large.

_______
chut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pelouka
Invité



MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Mar Juin 15 2010, 12:34

bravo jolie
Revenir en haut Aller en bas
lulu
BTcien


Localisation : 41 Selommes

MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Mar Juin 15 2010, 20:53

Superbe réçit, avec un beau et gros poisson à la clef cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le syndrome des lessiveuses.   Aujourd'hui à 01:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Le syndrome des lessiveuses.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Binouz' Team Concept ::  :: LES AUTRES FORUMS :: Les évènements passés :: Les Intersite :: L'INTERSITE 2010 :: L'INTERSITE DE LA BT-
Sauter vers: